Rugby

Comment le rugby a réussi sa transition numérique

A l’heure du tout numérique, dans la vie quotidienne autant que dans le sport, le rugby est en passe de réussir, lui aussi, sa transformation numérique.
Présentation de quelques unes des dernières évolutions marquantes.

 

Rugby;Digital;Apllication
Le digital, un enjeu majeur pour le rubgy


World Rugby: Un site internet dédié

Nous sommes au coeur de l’été 2018, le 8 juillet très précisément: Date choisi par World Rugby pour annoncer le lancement de son site internet en .rugby
L’organisme international, garant des compétitions en 15 et 7, a ainsi posé les premières pierres d’une mutation digitale en bonne et due forme.
www.world.rugby telle est désormais la nouvelle adresse de l’instance internationale.

Une volonté de se rapprocher de ses fans

La volonté est claire et transparente: Il faut se rapprocher des jeunes, proposer une offre digitale hautement qualifiée et une fan expérience revue à la hausse.
Une volonté qui prend la forme de trois objectifs:

-Accélérer la promotion du rugby sur les marchés émergents.
-Créer une communauté de fans (à l’instar de l’équipe de France de football ->FiersDetreBleus) au niveau humain et numérique.
-Préserver les droits des acteurs de ce sport.

C’est bien à ce titre que le « .rugby » a été adopté: Créer une communauté et se rapprocher de ses fans, des fans souvent jeunes et donc très présents sur les réseaux sociaux.

Engranger des revenus supplémentaires, pouvoir créer une vraie communauté, bénéficier d’un branding spécifique, World Rugby semble sûr de son fait. Il propose un accès prioritaire à son nouveau nom de domaine à 121 de ses fédérations.
Déjà, selon les premiers échos, l’ensemble des parties prenantes du projet semble enthousiaste.

 

Une fan expérience repensée: L’exemple du Stade Toulousain

FanExpérience; Toulouse; Application
Une offre digitale de qualité pour es supporters toulousains

La fan expérience est au coeur de bien des préoccupations des décideurs marketing (clubs et fédérations), le rugby ne peut pas faire exception à la règle.
Afin d’illustrer, concrètement, ce qui se cache derrière la volonté des clubs du Top 14, j’ai choisi l’exemple du Stade Toulousain.

Le club a pris la décision de s’appuyer sur un grand nom du numérique (Orange) afin de donner naissance à un stade 2.0 ou, si vous préférez, un stade entièrement connecté.
Application dédiée (Stade Toulousain), statistiques, ralentis, posts et échanges en direct avec les autres membres de la communauté: C’est une véritable expérience digitale à 360, qu’il peut désormais vivre.
La révolution digitale passe aussi par la création d’une plateforme digitale (Ma Fan Expérience), en partenariat avec La Poste.
Elle s’apparente à une opération de cross selling, soit de vente groupée.

Petite explication: Je suis supporter toulousain, je me connecte à la plateforme et je peux acheter en un clic « groupé » mon billet, mon maillot et mon écharpe, ainsi que mon transport pour me rendre au stade, et même ma restauration.
Et ce n’est pas tout ! Les responsables marketing des Rouge et Noir ont eu la riche idée de s’appuyer sur une autre tendance du moment: La gamification.
Très bon vecteur de création de trafic, de partage sur les réseaux sociaux, la récompense de l’activité du fan par des goodies, des maillots dédicacés, des places VIP est un excellent moyen d’améliorer, pour le club, d’une bonne e-Réputation.

 

Place à la réalité virtuelle pour les 6 nations

Si l’activité en club est soutenue, elle l’est tout autant au niveau supérieur.

Ainsi, les fans ont pu bénéficier de la réalité virtuelle dès cette saison. En s’appuyant sur une parfaite exploitation de la data, Accenture offre un expérience enrichie aux supporters.
L’application dédiée répond à la tendance de Fan Engagement, à laquelle sont très sensibles les jeunes supporters.

Echanges, Live Comments, partage des infos en direct sur Tweeter, ont été mis en place pour répondre aux attente d’un public avide de nouvelles technologies.
Enfin, en terme de réalité virtuelle, Accenture a offert la possibilité aux téléspectateurs d’être immergés en plein coeur de l’action, grâce à la 3D.

 

Second écran et livraison à la place

Pour ceux qui veulent poursuivre l’expérience fan jusqu’au bout, plusieurs start’up ont initié des projets originaux.

Vogo, start’up montpelliéraine et partenaire de clubs du Top 14 comme, Toulouse, ou Montpellier mise beaucoup sur le second écran.
L’offre: Sur une tablette ou un smartphone, le fan peut revoir des actions spécifiques du match, via une caméra de son choix (sous l’angle de son choix), revoir des ralentis, avoir accès à des statistiques du match: Un vrai plus pour une expérience aboutie.

Enfin, pour les plus pressés ne souhaitant pas faire la queue à la buvette, Digifood propose le service à la place.
Je fais mon choix sur mon mobile, je commande et je suis livré à ma place à la mi-temps, ou j’évite la foule, via une file d’attente prioritaire pour récupérer ma commande (offre en place au Stade Français, notamment).

 

Encore de beaux projets…

Comme on le voit, le rugby a su parfaitement prendre le virage du numérique, pour ses fans avec des Fan Expérience qui se veulent de plus en plus qualitatives, même si elles gagneraient à plus se développer, mais aussi pour ses propres joueurs (exploitation de la data pour améliorer les performances, en club).
Le développement de technologies telles que la réalité virtuelle, la plus grande (encore) exploitation des datas devrait permettre de donner naissance à encore de nombreux autres (originaux) projets.

 

#FanExpérience, #RéalitéVirtuelle #Data, #Rugby, #Digisport

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *